Nadine Atallah

Doctorante contractuelle en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Mercedes Volait

> Contacter par mail

01 47 03 86 17

> Parcours

> Publications

Parcours

Nadine Atallah est doctorante contractuelle en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’importante contribution des femmes aux arts visuels modernes en Égypte dans les années 1950-1960, en relation avec le nationalisme et la politique nassérienne. Ce travail est soutenu par plusieurs bourses doctorales, dont celle de la Fondation Martine Aublet (2017-2018).

Diplômée du Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition de Paris 1, Nadine Atallah est aussi curatrice. En 2015 elle a cofondé le collectif transnational Madrassa avec lequel elle a réalisé plusieurs expositions, notamment « Something to Generate From » à la Kunsthal Aarhus en 2016. En 2019, elle a organisé au Caire l’exposition de peinture contemporaine égyptienne « In Conversation. A Painting Show », dans le cadre du programme de recherche MASR (Research in Modern & Contemporary Art) à l’American University in Cairo.

Elle a travaillé dans diverses structures culturelles et galeries d’art à Paris et à Beyrouth, ainsi qu’au bureau des expositions de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, où elle a également initié en 2013 le programme d’activités dédiées aux jeunes publics.

Publications

Chapitre d’ouvrage

Articles dans des revues à comité de lecture

Catalogue d’exposition

Notices et recensions

Communications

Conférences, interventions en séminaires et journées d’étude

  • « Burchard and the Egyptian moderns : the story behind Egypt’s first participation in the Sao Paulo Bienal in 1953 », Art Talks, Le Caire. Mars 2020.

  • « Artistes femmes de la modernité égyptienne », ESAD d’Orléans. Décembre 2019.

  • « Une histoire différente de la contribution des femmes aux arts : le cas de l’Égypte moderne », cours d’été de l’École du Louvre, cycle « Artistes femmes de la modernité ». Juillet 2019.

  • Séminaire hebdomadaire « Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècles). Sources et paradigmes interprétatifs », InVisu, Université Paris 1. Co-organisation du séminaire, et communication en conversation avec Samia Henni, Cornell University : « Croiser l’analyse esthétique et l’approche sociopolitique : un défi continu ». Février 2019.

  • « Introduction aux arts modernes et contemporains arabes », ESAD d’Orléans. Décembre 2018.

  • Journée d’étude «  Regarder les œuvres en Égypte et en Algérie. Les défis de l’analyse esthétique et technique en contexte colonial et postcolonial », InVisu, Université Paris 1. Organisation de la journée, et communication : « L’art moderne égyptien est-il moche ? Significations politiques et philosophiques d’un jugement esthétique ». Octobre 2018.

  • Symposium « The Arab Apocalypse. Art, Abstaction and Activism in the Middle East », Zentrum Paul Klee, Berne (en collaboration avec l’Université de Genève). Communication : « Women Artists From Egypt on the Globalised Art Scene ». Septembre 2018.

  • « Why we don’t need women artists to be great », atelier curatorial, programme Madrassa, l’Atelier de l’Observatoire, Casablanca. Septembre 2018.
  • Conférence à The American University in Cairo, « Ten Egyptian Women Painters at the Arab Socialist Union’s Gallery. Cairo, 1975 », Le Caire. Avril 2018.

  • Journée d’étude « Women Artists Shows·Salons·Societies », Jeu de Paume, Paris (AWARE, Artl@s). Communication : « Dix femmes peintres égyptiennes à la galerie de l’Union Socialiste Arabe. Le Caire, 1975 ». Décembre 2017.

  • Journée d’étude « (Dés)identification de la création artistique », Université de Lorraine, Metz. Communication : « Femmes Peintres d’Égypte d’Aimé Azar. Des artistes qui ‘n’ont presque rien de spécifiquement féminin’ ». Décembre 2017.

  • Conférence internationale « Venice Biennale and the Arab World », Université Ca’ Foscari, Venise. Communication : « The International Exhibitions of Egyptian Painter Inji Efflatoun (1924-1989) ». Octobre 2017.

  • Journée d’étude « Réactiver nos utopies collectives et récits oubliés », Kibrit, Bétonsalon, Paris. Communication : « Words as Silence, Language as Rhymes de Marwa Arsanios ». Juin 2017.

  • Journée d’étude « Les idées reçues en histoire de l’art contemporain », INHA, Paris. Communication : « N’y a-t-il vraiment pas eu de grandes artistes femmes ? Stratégies pour la lecture et l’écriture d’une histoire de l’art féministe en Égypte (années 1950-1970) ». Juin 2017.

  • « Curating Networks », dans le cadre du March Meeting, 10e édition, 13e Biennale de Sharjah, Émirats Arabes Unis. Mars 2017.

  • « A study of exhibitions of women artists from Egypt », dans le cadre de la 105e conférence du CAA (College Art Association), session « Feminist Art Histories and Temporalities in the Middle East and Nort Africa », New York. Février 2017.