Archives des séminaires et manifestations scientifiques

L’activité des membres du laboratoire pour les années universitaires précédentes

 

> 2018-2019
> 2017-2018
> 2016-2017
> 2015-2016

 

<<  Retour aux séminaires et manifestations scientifiques de l’année en cours

2018-2019

Séminaires

Galina Belova et Robert Vergnieux, Etude de faisabilité de modélisation 3D du site d’AlMohallakah, Le Caire © Archéovision

Programme
  • Mardi 26 février 2019, 11h-13h (intervention depuis Lyon, relayée à Paris),
    Martial Guédron (Université Strasbourg) et Olivier Poncer (Haute école des arts du Rhin) : Les outils numériques comme moyens d’investigation, de manipulation et de publication d’artefacts visuels.
  • Mardi 26 mars 2019, 11h-13h (intervention à Paris, relayée à Lyon),
    Emilie Roffidal et Anne Perrin Khelissa (FRAMESPA, Toulouse) :
    Archives numérisées et autres ressources en accès libre du programme de recherche ACA-RES sur Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle : méthodes et apport historiographique
  • Mardi 23 avril 2019, 11h-13h (intervention à Paris, relayée à Lyon),
    Xavier Granier (Archéovision, Bordeaux), De Cussac à Vesuvia : Retours d’expérience de l’usage de la 3D pour l’histoire de l’art
  • Mardi 14 mai 2019, 11h-13h (intervention à Lyon, relayée à Paris),
    Laurent Baridon (Université Lyon 2/LARHRA) et Claudine Piaton (MCC/InVisu), Fabriquer des expositions virtuelles : les cas de Tony Garnier et des  archives d’architecture algérienne
  • Mardi 11 juin 2019, 11h-13h (Intervention à Paris, relayée à Lyon),
    Manuel Charpy (CNRS/InVisu), Des cartes postales de missionnaires aux albums de Sapeurs : une enquête par l’image en République du Congo

L’histoire de l’art à l’heure du numérique et de la science ouverte

Coordination : Sophie Raux (LARHRA) et Mercedes Volait (InVisu), en partenariat avec le Centre allemand d’Histoire de l’art – DFK – Paris

Comme bien des disciplines des sciences humaines, l’histoire de l’art se tient encore relativement à l’écart du numérique, et en particulier du numérique ouvert. Le mouvement de libération des collections patrimoniales va cependant croissant et la place centrale des images dans la pratique des historiens d’art induit en tout état de cause l’acquisition et le traitement de données visuelles, nombreuses ou pas, numériquement natives ou pas, selon des formes de mise en ordre plus ou moins raisonnées et informées des possibilités, comme des contraintes, du numérique.

Le séminaire souhaite œuvrer au partage de retours d’expérience des recherches à dimension numérique (aussi bien implicite qu’explicite) conduites au sein de la discipline, qu’il s’agisse de gestion et de publication des données utilisées (on parle désormais de « curation » de données), ou d’orientations plus complexes, telle que la visualisation, la spatialisation, ou encore la formalisation multidimensionnelle de l’information réunie. L’objectif est de favoriser la transition numérique de l’histoire de l’art en se donnant des clés pour maîtriser un domaine d’innovation en perpétuelle ébullition et améliorer ce faisant la visibilité internationale de la recherche française.

 

Séminaire en 5 séances le mardi de 11 h à 13 h.
Alternativement à Paris,
Centre allemand d’Histoire de l’art, Hôtel Lully,
45, rue des Petits-Champs
et à Lyon,
Salle André Bollier, MSH Lyon Saint-Étienne,
14, avenue Berthelot, Lyon,
avec un dispositif de visio-conférence permettant la diffusion simultanée sur les deux sites.

Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècles)

Séminaire hebdomadaire organisé par Nadine Atallah (Paris I-InVisu), Juliette Hueber, Claudine Piaton et Mercedes Volait (CNRS-InVisu)

Que les contours en aient été déterminés par des réformes endogènes, par la colonisation, par les conditions de la Guerre froide et/ou celles de la décolonisation, la création artistique sur le pourtour sud et est méditerranéen, et au-delà dans la Péninsule arabique et en Asie centrale, a été le produit à la fois d’interactions supranationales et d’enracinements locaux variés, qui se sont matérialisés dans toutes sortes d’innovations et d’hybridations, d’échappées particulières et de dyschronies. L’étude et la déconstruction de ce champ artistique se sont pourtant principalement occupées jusqu’à présent des stéréotypes véhiculés par le « centre » sur ses « périphéries ». L’objectif du séminaire est de renverser la focale pour placer le Maghreb et le Moyen-Orient en tant que territoires de création artistique au cœur de l’enquête. Il est aussi de transgresser les approches par médium qui segmentent et obscurcissent les problématiques communes aux arts plastiques, aux arts décoratifs et à l’architecture de cette aire géoculturelle. Dans cette exploration d’une approche plurimédiale, plus interactionniste et multipolaire des œuvres et des mondes de l’art qui y ont vu le jour, quelle importance accorder aux caractéristiques visuelles, esthétiques et techniques des œuvres ? Leur prise en compte ne doit-elle pas accompagner, voire enrichir l’analyse sociopolitique, dans l’optique de contextualiser le regard et ainsi favoriser l’engagement dans les territoires étudiés et vis-à-vis des sociétés qui les composent ? Ouvert aux masterants et doctorants, le séminaire s’adosse aux travaux, outils et ressources numériques développés par le laboratoire InVisu dans le cadre de contrats de recherche français et européens et de partenariats diversifiés.

Séminaire hebdomadaire – 22 janvier-16 avril 2019
le mardi de 15 h à 17 h
sur inscription en raison des consignes de sécurité du plan Vigipirate :

Salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Marguerite Nakhla, Le Bain, 1947, huile sur toile, 99 x 80 cm, Musée d’art moderne égyptien, Le Caire  © Rana El-Nemr

Programme

Manifestations scientifiques

2-4 mai 2019

The Sources of Egyptian Urban History: Problems and Methods

Journées d’études co-organisées par Mercedes Volait (InVisu) et Adam Mestyan (Duke University)

28 novembre 2018

11h-12h30

Culture politique arabe

Conférence de Mercedes Volait à Paris, Collège de France, Amphithéâtre Marguerite de Navarre
Marcelin Berthelot

11 octobre 2018

Archives du Moyen-Orient et des mondes musulmans

Table-ronde organisée par Bulle Tuil Leonetti, à destination des jeunes cher­cheurs et de leurs directeurs autour des archives et de leur signalement sur la plateforme Defter.

2 octobre 2018

InVisu, dix ans de recherche et d’innovation 2008-2018

Rencontre organisée par Bulle Tuil Leonetti, pensée comme un temps d’infor­mation et de débats sur les nouvelles formes de publication numérique et le linked open data.

1er octobre 2018

Regarder les oeuvres en Égypte et en Algérie. Les défis de l’analyse esthétique et technique en contexte colonial et postcolonial

Journée d’étude des doctorants d’InVisu organisée par Nadine Atallah (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/InVisu) avec le soutien de l’École doctorale d’Histoire de l’art (ED 441), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

28 septembre 2018

Circulation des expertises dans le domaine extra-européen

Séance du Séminaire Construire, Restaurer, Détruire : les chantiers du XVIIIe au XXe siècle dirigé par Arnaud Timbert (INHA et Université de Picardie). Séance organisée par Mercedes Volait, et modérée par Claudine Piaton.

2017-2018

Séminaires

Programme

17 janvier 2018
Mercedes Volait, Antonio Mendes da Silva, Clara Ilham Álvarez Dopico (CNRS/InVisu), À propos de la publication en ligne de corpus outillés sous Omeka et Collective Access

21 février 2018
Sophie Raux (Université Lyon II/Larhra), De quoi L’Enseigne de Gersaint était-elle l’image ? Nouvelles propositions à partir de la restitution en 3D du pont Notre-Dame

14 mars 2018
Jérémie Koering et Antonella Fenech Kroke (CNRS/Centre Chastel), Façades peintes de la Renaissance. Relevés et modélisations 3D : un renouvellement épistémologique ?

11 avril 2018
Charlotte Guichard (CNRS/IHMC), Si la photo est bonne… L’historien de l’art et ses images: la fabrique d’une recherche sur les graffitis et les signatures à l’âge moderne

16 mai 2018
Hannah Williams (Queen Mary University of London), Artists in Paris: Digitally Mapping the 18th-Century Art World

13 juin 2018
Laura Karp Lugo (Ludwig-Maximilians Universität, Munich), Expériences numériques avec les cartographies artistiques

L’Histoire de l’art à l’heure du numérique et de la science ouverte

De la structuration, modélisation ou simulation des données de la recherche

Organisation : Sophie Raux (LARHRA) et Mercedes Volait (InVisu)

Comme bien des disciplines des sciences humaines, l’histoire de l’art se tient encore relativement à l’écart du numérique, et en particulier du numérique ouvert (Open Source). Le mouvement de libération des collections patrimoniales va cependant croissant et la place centrale des images dans la pratique des historiens d’art induit en tout état de cause l’acquisition et le traitement de données visuelles, nombreuses ou pas, numériquement natives ou pas, selon des formes de mise en ordre plus ou moins raisonnées et informées des possibilités, comme des contraintes, du numérique.

Le séminaire souhaite œuvrer au partage de retours d’expérience des recherches à dimension numérique (aussi bien implicite qu’explicite) conduites au sein de la discipline, qu’il s’agisse de gestion et de publication des données utilisées (on parle désormais de « curation » de données), ou d’orientations plus complexes, telle que la visualisation, la spatialisation, ou encore la formalisation multidimensionnelle de l’information réunie. L’objectif est de favoriser la transition numérique de l’histoire de l’art en se donnant des clés pour maîtriser un domaine d’innovation en perpétuelle ébullition.

Ce séminaire, ouvert largement à tous, débutants en numérique ou utilisateurs plus chevronnés, est conçu comme un espace ouvert d’échanges et de dialogues visant à fédérer la communauté des chercheurs en histoire de l’art intéressés par les enjeux du numérique.

 

Un mercredi par mois (14h-16h) pendant le premier semestre 2018

Salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XVIIIe-XXe siècles)

 Nadine Atallah (Paris I-InVisu), Juliette Hueber, Claudine Piaton et Mercedes Volait (CNRS-InVisu)

Que les contours en aient été déterminés par la colonisation, par des réformes endogènes, par les conditions de la décolonisation, ou désormais par le système de la « starchitecture », l’architecture et les arts qui lui sont liés sur le pourtour sud et est méditerranéen, sont le produit à la fois de circulations transnationales et d’enracinements locaux variés, qui ont conduit à toutes sortes d’innovations, d’hybridations, comme d’anachronismes. Ce vaste champ d’investigation reste largement en friche, à la fois en raison de l’opprobre qui pèse sur l’architecture coloniale, mais aussi du fait de l’éclatement des documentations et de la polyglossie des sources. Le séminaire se propose de systématiser l’étude de ce parent pauvre de l’histoire de l’art et de la culture matérielle du monde contemporain, au prisme des ressources et des méthodes renouvelées par le numérique, et en s’appuyant sur les recherches les plus récentes menées sur le sujet, au niveau européen et international. Le séminaire s’adosse aux travaux, outils et ressources numériques développés par le laboratoire InVisu dans le cadre de contrats de recherche français et européens et de partenariats diversifiés.

Séminaire hebdomadaire, le mardi de 15h à 17h (13 séances du 16 janvier au 10 avril 2017)

Salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Programme
  • Mardi 16 janvier : Séance introductive : Mercedes Volait, Laboratoire InVisu, Actualités éditoriales et scientifiques du champ
  • Mardi 23 janvier : Nesrine Azizi, Laboratoire IPRAUS, Université Paris-Est, Architecture moderniste et fin d’Empire, le cas de la reconstruction de Bizerte par Bernard Zehrfuss : entre Empire colonial et Union française (1943- 1947)
  • Mardi 30 janvier : Lydia Hamiti, Centre Chastel, Université Paris-Sorbonne, L’estampe à Alger au XXe siècle : la constitution du cabinet des estampes du musée national des beaux-arts d’Alger
  • Mardi 6 février : Assia Samai Bouadjadja, Institut d’architecture et des sciences de la terre, Université Ferhat Abbas Sétif, Autour de l’ouvrage Sétif, patrimoine architectural moderne, Alger, éditions El Ibriz, 2017
  • Mardi 13 février : Mohammed Hadjiat, Équipe Arche, Université de Strasbourg et Laboratoire InVisu, Une histoire matérielle de la restauration des monuments « arabes » durant la période coloniale à Tlemcen (1842-1927)
    Nabila Metair, Laboratoire InVisu, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Le contexte de production de la commande publique à Oran dans l’entre-deux-guerres à travers la figure de l’architecte Georges Wolff
  • Mardi 20 février : Ronan Bouttier, docteur en histoire de l’art, Université Paris-Sorbonne, De palais en ambassade : architecture et diplomatie française à Constantinople aux XVIIIe et XIXe siècles
  • Mardi 27 février : Pause d’enseignement
  • Mardi 6 mars : Nicolas Schaub, Université de Tours, Représenter l’Algérie. Conquête et architecture au XIXe siècle
  • Mardi 13 mars : Ezio Godoli, Université de Florence, L’architecture des cinémas en Égypte et au Maghreb : un outil d’acculturation
  • Mardi 20 mars : Leila el-Wakil, Université de Genève, Arabité versus méditerranéité : identité et/ou fusion
  • Mardi 27 mars : Claudine Piaton, Juliette Hueber, Laboratoire InVisu et Thierry Lochard, Direction régionale des affaires culturelles Occitanie, Oran espagnole, ottomane ou française (1790- 1870) ?
  • Mardi 3 avril : Alain Messaoudi, Laboratoire InVisu, Université de Nantes, D’une collection de biographies à une biographie collective ? Éléments pour une histoire sociale des arts plastiques en Tunisie
    Enora Prioul, Cité de l’architecture et du patrimoine Archipédie, une encyclopédie collaborative sur l’architecture : un projet numérique, éditorial et pédagogique
  • Mardi 10 avril : Francine Giese, Kunsthistorisches Institut,Université de Zurich 19th century Heritage Conservation in Spain and the Vogue for the Alhambresque
    Intervention en anglais

Manifestations scientifiques

23-25 avril 2018

The Karkégi archive on modern Cairo: making heterogeneous data digitally accessible

Atelier organisé en partenariat avec l’IFAO (Le Caire) dans le cadre du programme La fabrique du Caire Moderne.

17 octobre 2017

Annie Pralong (1943-2017) : une vie au service de la recherche

Galerie Colbert, Paris.

Soirée d’hommage sur les temps forts de la vie professionnelle d’Annie Pralong, ingénieur de recherche CNRS, organisée par InVisu.

2016-2017

Séminaire

Programme

Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient (XIXe-XXe siècles)

Sources, méthodes et actualité scientifique

Juliette Hueber, Claudine Piaton, Mercedes Volait, Laboratoire InVisu (CNRS/INHA)

Que les contours en aient été déterminés par la colonisation, par des « modernités indigènes », par les conditions de la Guerre froide ou désormais par le système de la « starchitecture », l’architecture et les arts qui lui sont liés sur le pourtour sud et est méditerranéen, et au-delà dans la Péninsule arabique, constituent un vaste champ d’étude encore largement en friche. Les mêmes grands noms – Le Corbusier à Alger, Écochard à Beyrouth – sont indéfiniment travaillés, au détriment de l’appréhension d’un paysage infiniment plus riche et plus complexe, qui prend à revers bien des certitudes et questionne les circuits et les enracinements de la pratique architecturale et décorative au cours de la période contemporaine.

Les difficultés propres à ce domaine de recherche ne peuvent être mésestimées. La tradition française d’esquiver l’étude des « passés troublés » – à l’heure où la recherche européenne en a fait l’une de ses priorités thématiques – ne facilite pas l’étude de l’architecture coloniale. La dimension globale de la pratique post-coloniale représente un autre défi. Parvenir à la saisir « à parts égales » (Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales, Paris, 2011) suppose des compétences linguistiques étendues afin d’être en mesure de tirer parti de toutes les documentations existantes, et notamment celles en langues non-européennes. Dans d’autres cas, l’extrême dispersion des sources, l’accès restreint, voire fermé, à certaines archives, leur disparition, ou à l’inverse la masse de données à traiter, forment autant de verrous supplémentaires à la connaissance.

Pour sa seconde année, le séminaire entend se centrer sur les sources et les méthodes que les chercheurs se donnent pour aborder ce parent pauvre de l’histoire de l’art et de la culture matérielle du monde contemporain, en termes de corpus, de découpages chronologiques et thématiques, de perspectives problématiques. Les séances offriront l’occasion de discuter les travaux européens les plus récents conduits dans ce champ de recherche.

 

Séminaire hebdomadaire, le mardi de 15h à 17h (13 séances du 17 janvier au 18 avril 2017)

Salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Manifestations scientifiques

27 avril-8 juillet 2017

Le Caire sur le vif. Beniamino Facchinelli, photographe (1875-1895)

Institut national d’histoire de l’art, galerie Colbert, salle Roberto Longhi, Paris.

Exposition organisée par Thomas Cazentre (BnF), Jérôme Delatour (INHA) et Mercedes Volait (InVisu) du travail de Beniamino Facchinelli réalisé au Caire entre 1875 et 1895.

17 mai 2017

L’invention photographique du Caire historique : jalons, raisons, leçons

Galerie Colbert, Paris.

Colloque international organisé par Sylvie Aubenas (BnF) et Mercedes Volait (InVisu) à l’occa­sion de la présentation de l’exposition consacrée aux vues du Caire du photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895), au cours duquel sont intervenus Dina Bakhoum, Antonio Mendes da Silva et Mercedes Volait.

21 janvier 2017

L’isthme et l’Égypte

auditorium de la tour ENGIE, Faubourg de l’Arche, Paris La Défense.

Conférence à l’occasion de la publication de l’ouvrage L’isthme et l’Égypte au temps de la Compagnie universelle du canal maritime de Suez (1858-1956) au cours de laquelle sont intervenus Mercedes Volait et Claudine Piaton.

2015-2016

Séminaire

Programme
  • Mardi 12 janvier 2016 : Clara Álvarez Dopico et Mercedes Volait, Laboratoire InVisu (CNRS/INHA), Présentation générale et présentation des séances
  • Mardi 19 janvier 2016 : Juliette Hueber et Claudine Piaton, Laboratoire InVisu (CNRS/INHA), Les bâtisseurs d’Alger au xixe siècle (maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre)
  • Mardi 26 janvier 2016 : Mercedes Volait, Laboratoire InVisu (CNRS/INHA), Sur la piste d’Henry Bernau, architecte moderne à Alexandrie
  • Mardi 2 février 2016 : Malik Chebahi, ENSA Paris Belleville Léon Claro (1899-1991), production architecturale et pédagogie d’un architecte algérois, entre esprit moderne et expressions régionales
  • Mardi 9 février 2016 : Recherches doctorales en cours
  • Mardi 16 février 2016 : Lucette Valensi et Monique Goffard, Un siècle de céramique d’art en Tunisie, les fils de Jacob Chemla (Demeter/Éditions de l’Éclat, 2015)
  • Mardi 23 février 2016 : Christophe Giudice, La question des sources de l’architecture et leur traitement en Tunisie et au Maroc
  • Mardi 8 mars 2016 : Dina Bakhoum, Université américaine du Caire et ED441 Paris I, The reconstruction of historical minarets in 20th century Egypt
  • Mardi 15 mars 2016 : Clara Álvarez Dopico, Laboratoire InVisu (CNRS/INHA), Une aventure éphémère autour du stuc ajouré tunisien : Bertrand Pradère et l’atelier du Bardo (1898-1910)
  • Mardi 22 mars 2016 : Philippe Revault, Jacques Revault, des arts traditionnels à l’habitat
  • Mardi 29 mars 2016 : Roberto Fabbri, Dar al-Athar al-Islamiyya, Koweit Researching modern architecture in Kuwait (1949-1989)
  • Mardi 5 avril 2016 : David Peyceré, Claire Déléry, Vlada Boussyguina, Archives d’architecture du xxe siècle La restauration des monuments historiques au Maroc à travers le fonds Boris Maslow déposé à l’Institut français d’architecture

Arts visuels, décoratifs et monumentaux au Maghreb et au Moyen-Orient : circulations et interactions (XIXe-XXe siècles) 

Clara Álvarez Dopico, Mercedes Volait

Les XIXe et XXe siècles au sud et à l’est de la Méditerranée demeurent des périodes mal aimées des historiens de l’architecture comme des spécialistes des arts de l’Islam. Les premiers y sont venus par le biais de l’architecture coloniale, saisie comme extension extraterritoriale d’architectures nationales, qu’elle soit française, belge ou italienne, et considérée comme environnement bâti. La discipline des seconds les cantonne traditionnellement aux arts antérieurs à 1800, quand ce n’est pas à des périodes plus anciennes encore. Pris en tenaille entre deux perspectives déconnectées l’une de l’autre, un vaste pan de la production architecturale et décorative des deux siècles écoulés se retrouve ainsi en quelque sorte hors-champ, et pour tout dire en friche : mal documenté, peu étudié, insuffisamment contextualisé localement, pauvrement connecté internationalement.

Ce séminaire se veut un lieu de réflexion et d’échanges pour tous ceux qui s’intéressent à ce parent pauvre de l’art et de la culture matérielle du monde méditerranéen contemporain. Il est spécifiquement consacré à l’architecture et aux industries artisanales qui lui sont associées, que l’on s’efforcera de saisir dans leur écologie tant locale que globale. Le « relèvement des arts indigènes » à l’époque coloniale, en lien avec l’étude et la restauration des monuments historiques, et la postérité postcoloniale des initiatives nées durant la période coloniale, ont en effet représenté des secteurs très dynamiques de création, qui ont marqué en retour l’architecture et continuent à le faire.

Une attention particulière sera accordée à la question des sources, traditionnelles (revues d’architecture et fonds d’architectes) ou moins exploitées à ce jour (archives demeurées en mains privées, archives d’entreprise ou collections patrimoniales, par exemple), qui permettent aujourd’hui de systématiser l’étude de cette production.

Séminaire hebdomadaire, le mardi de 15h à 17h (12 séances du 12 janvier au 5 avril 2016)

Salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Manifestations scientifiques

18-20 avril 2016

Period rooms : intérieurs d’époque entre art, goût et pratique de la collection

Bologne

Colloque international organisé par Sandra Costa (U. Bologna), Dominique Poulot (Hicsa) et Mercedes Volait (InVisu) avec le soutien du programme Confluence d’HeSam

1er avril 2016

14h-18h

Présences arabes et turques aux Expositions universelles de 1889 et de 1900 : matérialités et mises en récit

EHESS-IISMM, Salle Lombard, 96, bd Raspail, Paris 75006

Après-midi d’études organisée par Anne-Laure Dupont (Université Paris-Sorbonne) et Mercedes Volait (CNRS, InVisu)

 

14-18 mars 2016

Reviving previous times and expanding horizons: Islam and Modernity in global historical perspective

Istanbul

Session internationale d’études doctorales organisée par Petra De Bruijn (Netherlands InterUniversity School for Islamic Studies/Université de Leyde), Levent Yilmaz (Koç University) et Mercedes Volait (CNRS, InVisu)

17-19 septembre 2015

Les Capitales photographiques au xixe siècle

Auditorium de l’INHA, Paris

Colloque international organisé par Sylvie Aubenas (BnF), Jean-Philippe Garric (Université Paris I-HiCSA) et Mercedes Volait (InVisu), avec le soutien du Labex CAP (HeSam)