#5 Absorber, manger

Informations pratiques

Jeudi 21 avril 2022 – 14h-16h30

Se repaître d’images
Jérémie Koering, université de Fribourg

Nous avons pour habitude de penser les images à l’aune de leur visibilité, et il y a bien sûr de bonnes raisons à le faire. Mais que se passe-t-il quand l’image, par sa matérialité et ses fonctions sociales, en appelle à d’autres sens ? Qu’advient-il quand la vue cède le pas au toucher ou au goût, et que l’artéfact figuré n’est plus seulement contemplé, mais bu, mangé, ingéré ? Pour répondre à ces questions, nous confronterons le rituel eucharistique — lequel repose sur la mise en partage d’une hostie estampée pour instituer la communauté — à divers rituels profanes mettant en jeu des images comestibles (gaufres héraldiques, pain d’épices figuratifs, mets sculptés…)

André Gill, « La Foire au pain d’épice », L’Eclipse, 7 mai 1876. Paris (France), BnF.

Absorber l’image, goûter le texte: les bols « magico-médicinaux » islamiques en contexte, Finbarr Barry Flood, New York University

Quoi qu’elle soit parfois contestée, l’ingestion des images, textes et matières efficaces appartient à un ensemble de pratiques prophylactiques établies de longue date dans le monde islamique. En font partie l’absorption de textes sacrés au moyen d’encres apposées sur la surface de bols en céramique, puis trempées avec certains liquides. Autour du sixième siècle de l’Hégire (le XIIe siècle e.c.), la production de bols métalliques gravés d’images, de textes et de signes efficaces destinés à être utilisés contre de divers aliments atteste d’une intensification de marchandisation associés avec des traditions plus éphémères d’iconophagies et de logophagies. Ces bols métalliques, qui purent être utilisés et réutilisés par divers utilisateurs, constituent une sorte d’assemblage de technologies prophylactiques distinctes, mis à disposition pour une utilisation pratique. Unifiant des modes de consommation haptique, verbal et visuel, ces bols posent la question de l’incarnation, de l’incorporation et de la médiation particulièrement liées au thème de la présente séance.

Imbibing the Image, Tasting the Text: Islamic « Magic-Medicinal » Bowls in Context

Although sometimes contested, the ingestion of images, texts and efficacious matter is among a range of prophylactic practices long established in the Islamic world. These include the imbibing of sacred text through the medium of ink inscribed on ceramic bowls and then washed with liquids. Around the sixth century Hijri (twelfth century CE), the production of metal bowls engraved with images, texts and efficacious signs for use against a wide range of ailments attests to an intensification and commodification of these more ephemeral traditions of iconophagy and logophagy. The metal bowls, which could be used and reused by different consumers, are assemblages of distinct efficacious technologies, rendered up for practical use in the space of the vessel. Uniting haptic, verbal and visual modes of consumption, the bowls raise questions of efficacy, embodiment, and mediation of particular relevance to the theme « Absorber, manger ».

Bol « magico-médicinal » islamique, in Jacques Martin, Explication des divers monuments singuliers qui ont rapport à la religion des plus anciens peuples, Paris, 1739, pl. XII.

       

INVISU l'Information visuelle et textuelle en histoire de l'art, nouveaux corpus, terrains, outils
CNRS UAR 3103 | INHA Institut national d'histoire de l'art
2 rue Vivienne - 75002 Paris

Contact

 

Mentions légales