Les fonds d’objets : écrire l’histoire de la culture matérielle à l’ère du numérique

projet mené conjointement par l’INPI, les Archives de Paris et le laboratoire InVisu

Ce projet en partenariat avec l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) et dans un second temps sans doute avec les Archives de Paris vie à mettre en valeur via des outils numériques les dizaines de milliers d’objets déposés comme « Dessins et modèles » entre les années 1950 et les années 1990 au Tribunal de Commerce pour se protéger des contrefaçons.

Boîte contenant un modèle déposé de semelle en caoutchouc, années 50, INPI © InVisu

© Archives de Paris

© Archives de Paris

Ces d’objets ordinaires, le plus souvent produits en série, n’ont pas été conservés par les musées. Rarissimes et documentés par le dépôt mais aussi par les dépôts de brevets et de marques, ils permettent de reconstruire un large pan de la culture matérielle à l’âge industriel. En se concentrant dans un premier temps sur les objets relevant du textile et de la mode, InVisu et l’INPI veulent réfléchir à la manière de décrire et classer ces objets puis d’en donner un accès ouvert à la fois au grand public et à la communauté des chercheuses et chercheurs.

Tissus wax déposés par une compagnie néerlandaise, années 50, INPI © InVisu

Ouverture d’un échantillon de boîtes conservées à l’INPI, juillet 2019 (équipe INPI/équipe InVisu)

© Antonio Mendes da Silva-Invisu