Sous la direction de Caroline Herbelin

Le caractère hybride et syncrétique du paysage architectural sud-asiatique est attribué aux contacts culturels successifs qui ont émaillé l’histoire de cette « Méditerranée asiatique » (F. Gipoloux). Aux formes nouvelles introduites dans l’architecture vernaculaire par le moment colonial, succède l’acculturation intensifiée du tournant du XXIe siècle. L’adoption du style international dans les mégapoles des « tigres asiatiques », centres névralgiques de l’économie globalisée, symbolise un développement urbain plus « global » que « local ». Repenser ces notions dans le cadre sud-est asiatique, à l’aune de l’utilisation dynamique qu’en font les acteurs, invite à dépasser les oppositions binaires entre le vernaculaire et l’étranger, le colonial et le postcolonial, le moderne et le traditionnel.

Consulter ce numéro 11, 2017, de la revue ABE

       

INVISU l'Information visuelle et textuelle en histoire de l'art, nouveaux corpus, terrains, outils
CNRS UAR 3103 | INHA Institut national d'histoire de l'art
2 rue Vivienne - 75002 Paris

Contact

 

Mentions légales