Premier numéro et première revue à bénéficier de l’offre de services numériques de la pépinière d’InVisu, Photographica est librement accessible en ligne sur la plateforme DeVisu (InVisu), hébergée par l’INHA (Institut national d’histoire de l’art).

> Consultez librement Photographica n° 1 en ligne sur DeVisu

Photographica est une nouvelle publication de la Société française de photographie offrant deux fois l’an des numéros thématiques sur la base de colloques ou d’appels à publication. Ainsi ce premier numéro fait-il écho au colloque « Patrimoines photographiques : histoires, ethnologies, émotions » qui s’est tenu les 7 et 8 novembre 2019 à Paris. Une version sur support papier est éditée et distribuée par les Éditions de la Sorbonne.
Revue d’histoire de la photographie et des cultures visuelles associées, du XIXe au XXIe siècle, elle relaie l’état de la recherche et propose une (re-)lecture des grandes évolutions sociologiques, matérielles et techniques du domaine, pour une histoire en mouvement.

> Téléchargez le dossier de presse

Pour marquer le lancement de la revue comme de la plateforme, une cérémonie à l’invitation d’Eléonore Challine et de Paul-Louis Roubert (Photographica) s’est déroulée le 9 octobre 2020, avec les interventions de :

Paul-Louis Roubert, Eléonore Challine, Photographica : le projet Photographica
Bertrand Tillier, Éditions de la Sorbonne
Manuel Charpy (InVisu) : la pépinière de revues DeVisu

Alice Aigrain : « Attraction-Répulsion ». Histoire de la patrimonialisation des collections photographiques Dejerine
Anaïs Mauuarin : L’Afrique de l’Ouest dans les tiroirs. Documentation scientifique et photographie coloniale à la photothèque de l’IFAN (Dakar)
Marie-Ève Bouillon : « Faut-il tout garder ? » Patrimoine et archives photographiques

Agnès Dahan et Raphaëlle Picquet, graphistes / maquettistes

Crédits photo :
– Anon., « Hémiatrophie linguale », 1908, tirage gélatino-bromure et rehauts de peinture, Paris, Collections d’anatomie pathologique Dupuytren – Sorbonne Université.
– Dominique Wildermann, posté le 17 septembre 2020 sur la page Facebook de la revue.